Your request is in progress
Record creator

Laideguive, Pierre Louis (1704-1775)

Top of page

Description

Authorised form of name
Laideguive, Pierre Louis (1704-1775)
Other forms of the name
Laideguive, Pierre-Louis
Type of creator
Individual
Dates of existence
17 juin 1704 - 18 décembre 1775

History

Pierre Louis Laideguive est baptisé le 17 juin 1704 à Paris.

Il acquiert son office de Jacques Guesdon (étude XXIII), après avoir été clerc, sans doute chez Me Nicolas Henri Sellier, le 21 août 1731 (MC/ET/LXXIII/692, 21 août 1731, traité d'office) et est nommé le 23 août (V/1/286, pièce 164, lettres de provision d'office).

Il épouse Marie Anne Rahault en juillet 1732 (MC/ET/CXXII/197, 13 juillet 1732, contrat de mariage). Ils ont ensemble au moins deux fils, conseillers à la Cour des aides à compter de mars 1770 (ils font part avec leur mère du décès de leur père en 1775 sur le placard, voir aussi Arch. nat. U//950, cité par Charles Rinaldi).

En 1772, il y a acquisition et déclaration (MC/ET/CXVIII/577, 14 avril 1772). Propriétaire de deux maisons contigües rue Royale et rue Thérèse, dans une déclaration du 4 mai 1771, il proteste, comme beaucoup d'autres, contre l'élévation d'une taxe pour le logement des gardes suisses (Y//10901/A). Il est en effet désormais pourvu d'une charge de secrétaire du roi et est avocat en parlement.

Il suit la pénible affaire de la liquidation des affaires de son cousin, Antoine Pierre Laideguive, fils de Pierre Laideguive (étude LXV), notaire failli, déclaré "absent", le 4 mars 1744 (MC/ET/XXIII/1458, délibération des créanciers d'Antoine Pierre Laideguive), dossier qui sera repris et clos par son successeur François Brichard.

Pierre Louis Laideguive est considéré par Bachaumont, cité par Faustin Foiret, comme "un des plus habiles de son métier [qui] avait un art merveilleux de rédiger les actes et d'y répandre une sorte d'éloquence, sans rien ôter à la clarté, à la force, à la précision des stipulations." Maurice Quentin de La Tour réalise un magnifique portrait au pastel de Pierre Louis Laideguive en 1761 (aujourd'hui conservé au Musée national d'Art de Catalogne à Barcelone).

Pierre Louis Laideguive meurt à Paris, en sa maison de la rue des Grands-Augstins, le 18 décembre 1775. On conserve le placard après décès annonçant son "convoi, service et enterrement" le 19 décembre à Saint-André-des-Arts, sa paroisse. Le 27 janvier 1776 est établie une notoriété après décès en son nom (MC/ET/XXIII/745). Dans son article "La minute du miracle", Nicolas Lyon-Caen le compte au nombre de la vingtaine de notaires fervents jansénistes de la capitale.

Sa veuve meurt début 1778, son testament étant déposé le 25 janvier 1778 (MC/ET/XXIII/758).

Locations

rue des Grands-Augustins
Grands-Augustins (rue des)
Saint-André-des-Arts (quartier)
Saint-André-des-Arts (paroisse) from 1748 to 18 décembre 1775

rue Saint-Séverin
Saint-Séverin (rue)
Saint-Séverin (paroisse) from 1731 to 1748

Functions
notaire à Paris from 28 août 1731 to 18 décembre 1775
Activities

avocat au parlement (Ancien Régime)

secrétaire du roi (Ancien Régime)

notaire from 28 août 1731 to 18 décembre 1775
notaire à Paris

Reference texts

Intitulé : V/1/286 pièce 164, 23 août 1731 : lettres de provision d'office.

Sources of the note

Noémie SANTACANA Les notaires au Châtelet de Paris à l'époque du Cardinal de Fleury, mémoire de maîtrise 2003-2004, dact., p.272-273

Lyon-Caen, Nicolas. « La minute du miracle. Engagement janséniste et appartenance sociale des notaires parisiens au XVIIIe siècle », Revue historique, vol. 645, no. 1, 2008, pp. 61-83.

Faustin FOIRET, Une corporation parisienne pendant la Révolution. Les notaires, Paris, Champion, 1912, p. 130.

Charles RINALDI, La cour des Aides autour de la réforme Maupeau (1770-1777) : étude sociale, maîtrise Université de Paris IV, sous la dir. de Jean-Pierre Poussou, 2005, p. 48.

Warning! Communication restrictions. Click here to find out more.

Download entry
Permalink