Traitement en cours
Producteur d'archives

Raspail, François-Vincent (1794-1878)

Haut de page

Description

Forme autorisée du nom
Raspail, François-Vincent (1794-1878)
Autres formes du nom
Lutrin, M. (1794-1878) pseudonyme
Type de producteur
Personne
Identifiant
ISNI 0000 0001 2122 9910
Dates d'existence
29 janvier 1794 - 7 janvier 1878
Histoire

François-Vincent Raspail (1794-1878) entre en 1810 au séminaire d’Avignon où il apprend la philosophie et la théologie. En 1813, il quitte le séminaire pour devenir bibliothécaire puis professeur au Collège de Carpentras. Là, il se signale comme bonapartiste et doit quitter la ville. Il se rend à Paris où il fait des études de droit de 1816 à 1820 tout en donnant des cours dans divers collèges. Expulsé des établissements religieux pour ses idées anticléricales et franc-maçonnes (il publie en 1821 Les Missionnaires en opposition avec les bonnes mœurs, qui fait scandale), il poursuit des études en sciences naturelles et rédige plusieurs articles sur les tissus animaux et végétaux, de 1824 à 1832.

Il prend part à la révolution de 1830 où il est blessé sur les barricades et se lance alors dans le journalisme. Il fonde un journal d’opposition républicaine, Le Réformateur, et préside la Société des Amis du Peuple qui sera dissoute en 1832.

Il est incarcéré comme opposant politique en 1832 et 1835-1837. Il occupe sa détention en écrivant son Nouveau système de botanique, publié en 1837 et Réforme pénitentiaire. Lettres sur les prisons, publié en 1839.

Dès 1840, Raspail s’occupe de médecine. Il publie en 1843 son Histoire naturelle de la santé et de la maladie en 3 volumes, résumés sous la forme d'un manuel, Le Médecin des familles, suivi deux ans plus tard d'éditions annuelles dites Manuel annuaire de la santé à partir de 1845 (les dernières éditions posthumes s'arrêteront en 1935). Il attribue à divers parasites internes ou externes les causes des maladies, et préconise l’hygiène, l’antisepsie et l’usage systématique du camphre comme antiparasitaire par excellence. Il est condamné pour exercice illégal de la médecine en 1846.

Lors de la Révolution française de 1848, il prend part aux premiers mouvements et fonde un nouveau journal, L’Ami du Peuple. Il est jugé en 1849 pour avoir participé à l’organisation d’une manifestation de soutien à la Pologne et est condamné à six ans de prison.

En 1853 sa peine est commuée en celle du bannissement, il s'établit en Belgique et rentre en France en 1863. Il est élu député de Marseille en 1866, et est réélu dans les Bouches-du-Rhône en 1869.

En 1871, il condamne la répression des Versaillais contre la Commune de Paris et est à nouveau condamné à deux ans de prison. Réélu député en 1877, il demande en vain l’amnistie des communards, qui intervient quelques années après sa mort.

Lieux
Carpentras
Carpentras (Vaucluse)
Activités

chercheur
chimiste, botaniste

député
député du Rhône

enseignant

journaliste

militant politique

médecin
cytologiste

Sources de la notice

Archives nationales, Fonds François-Vincent Raspail, 250AP

Notice Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Vincent_Raspail

Notice base Sycomore : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/%28num_dept%29/6604

Notice BnF n° FRBNF12013474

Ce producteur dans des sites extérieurs

Notice Wikipédia
29/01/1794 - 07/01/1878 François-Vincent Raspail : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Vincent_Raspail
Notice wikipédia
Notice de la bibliothèque nationale de France
29/01/1794 - 07/01/1878 Raspail, François-Vincent (1794-1878) : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb120134741
Notice autorité BnF
Télécharger la notice
Permalien