Traitement en cours
Producteur d'archives

Fouché, Joseph (1759-1820)

Haut de page

Description

Forme autorisée du nom
Fouché, Joseph (1759-1820)
Autres formes du nom
Otrante, Joseph Fouché (1759-1820 ; duc d')
Type de producteur
Personne
Identifiant de l'entité
ISNI 0000 0001 0884 9744
Dates d'existence
21 mai 1759 - 25 décembre 1820
Histoire

Joseph Fouché (1759-1820) fait ses études chez les oratoriens de Nantes, entre dans cette congrégation et professe à Juilly, Arras et à l’école militaire de Vendôme.

À la Révolution, il quitte l’habit ecclésiastique, devient avocat, et il est envoyé à la Convention en septembre 1792 par le département de la Loire-Inférieure. Il vote la mort de Louis XVI. Radié du club des Jacobins à la demande de Robespierre, il contribue au 9 thermidor. Repoussé par les thermidoriens, il est décrété d’arrestation, le 22 thermidor an III (9 août 1795). L’amnistie du 4 brumaire an IV (26 octobre 1795) lui rend la liberté. Ayant dévoilé une conspiration babouviste à Barras, il en est récompensé par l’ambassade près la République cisalpine (1798), puis par l’ambassade de Hollande.

Le Directoire l’appelle, le 22 thermidor an VII (9 août 1799), au ministère de la Police générale. Il y prépare le 18 brumaire. N’ayant pas su déjouer la conspiration de la machine infernale, il quitte le ministère de la Police, le 15 septembre 1802, mais il reçoit le titre de sénateur.

Après la courte trève de la paix d’Amiens, Fouché réintégre le ministère de la Police, du 21 messidor an XII (10 juiller 1804) au 3 juin 1810. Il est créé comte d’Empire, le 24 avril 1808, et duc d’Otrante, le 15 août 1809.

Envoyé à Rome comme gouverneur général, il est, après la campagne de Russie, nommé gouverneur des provinces illyriennes en juillet 1813. Envoyé ensuite en mission à Naples auprès de Murat, il revient en France. Il offre ses services aux Bourbons qui ne les acceptent pas.

Pendant les Cent-Jours, l’Empereur rappelle Fouché qui occupe pour la troisième fois le poste de ministre de la Police. Après Waterloo, les chambres nomment une commission de gouvernement, le 23 juin 1815 ; Fouché en est le président.

La deuxième Restauration le rappelle au ministère de la Police mais son opposition à la réaction royaliste le contraint à la démission. Nommé ambassadeur à Dresde, il est atteint par la loi des régicides du 12 janvier 1816. Il perd ses fonctions et l’autorisation de résider en France.

Il meurt à Trieste le 25 décembre 1820.

Lieux
Trieste (Italie)
Activités

avocat au parlement (Ancien Régime)

ministre de 1804 à 1810
ministre de la Police

sénateur de 1802 à 1815

ministre de 1799 à 1802
ministre de la Police

député de 1792 à 1794
député de la Loire-Inférieure

religieux de 1782 à 1789

Sources de la notice

Archives nationales, Fonds Joseph Fouché, 187AP.

Notice BnF : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb122868212 / numéro de notice FRBNF12286821

Notice Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Fouch%C3%A9

Liens entre producteurs


Les dates affichées sont celles de la relation entre les producteurs.
Fouché, Joseph (1759-1820)
  • Fouché a participé avec Barras à la chute de Robespierre. Par la suite, il est devenu un des agents de la police secrète du directeur Barras pour finir, ministre de la Police générale du Directoire le 20 juillet 1799.
  • Sucesseur de Joseph Fouché, ministre de la Police.

Ce producteur dans des sites extérieurs

Notice Wikipédia
21/05/1759 - 25/12/1820 Joseph Fouché : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Fouch%C3%A9
Lien vers la notice Wikipédia.
21/05/1759 - 25/12/1820 Joseph Fouché (1759-1820) : http://data.bnf.fr/12286821/joseph_fouche/
Lien vers la notice d'autorité BnF.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Télécharger la notice
Permalien