Traitement en cours
Producteur d'archives

Allègre, Claude (1937-....)

Haut de page

Description

Forme autorisée du nom
Allègre, Claude (1937-....)
Type de producteur
Personne
Identifiant
ISNI 0000 0001 0858 1805
Dates d'existence
31 mars 1937 - aujourd'hui
Histoire

Claude Allègre est un scientifique et homme politique né le 31 mars 1937 à Paris.

Issu d’un milieu parental enseignant, il commence sa scolarité au lycée Marcelin-Berthelot, puis intègre le lycée Saint-Louis. Il obtient sa licence à la faculté des sciences de Paris en 1960. L’année suivante, il commence à préparer le diplôme d’études supérieures (DES) sous la direction de Louis Barabé (1895-1961). Durant la préparation de son DES, il obtient un poste d’assistant de chimie à la faculté des sciences de Reims, puis à celle de Paris de 1962 à 1968.

Il prépare ensuite sa thèse de doctorat ès sciences physiques sous la direction de Pierre Routhier (président de la Société géologique de France depuis 1964). Il soutient sa thèse intitulée Introduction à la géochronologie des systèmes ouverts en 1967. Il devient ensuite directeur du laboratoire de géochimie et cosmochimie des universités Paris VI et Paris VII (1967-2006). Entre 1968 et 1970 il occupe le poste de physicien adjoint de l’Institut de physique du Globe de Paris. En 1970 Claude Allègre est nommé professeur titulaire de la chaire des sciences de la terre à l’Université Paris VII. Il devient en 1976 directeur de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP) et ce jusqu’en 1986. Ses travaux le portent à l'étude du volcanisme, du réchauffement climatique et d'autres matières relatives à la géochimie.

Parallèlement à sa carrière scientifique il s’engage politiquement en adhérant en 1973 au Parti socialiste (PS). Dans les années 1980 il anime le « groupe des experts » du Parti Socialiste.

Ami de Lionel Jospin depuis l’adolescence il devient son conseiller spécial lorsque ce dernier est nommé ministre de l’Éducation nationale le 12 mai 1988 dans le gouvernement Michel Rocard, sous la présidence de François Mitterrand. L’année suivante il devient député européen sur la liste « Majorité de Progrès pour l’Europe » (et le restera jusqu’en 1994) menée par Laurent Fabius et regroupant le Parti socialiste et le Parti radical de gauche. En 1992 il est conseiller régional du Languedoc-Roussillon (et ce jusqu’en 1997). Ces fonctions politiques n’empêchent pas Claude Allègre de continuer ses recherches scientifiques et d’obtenir la reconnaissance de ses pairs en obtenant différents prix : lauréat du prix Crafoord de l’Académie royale des sciences de Suède en 1986, médaille Goldsmidt de la Geochimical Society of America en 1988 ou encore la médaille d’or du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1994. Il obtient la présidence du conseil d’administration du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) en 1992 et jusqu’en 1997. En 1995 il est élu membre de l'Académie des sciences.

En 1997 il est nommé ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie dans le premier gouvernement Jospin (du 2 juin 1997 au 27 mars 2000), qui est le troisième gouvernement du premier mandat de Jacques Chirac à la Présidence de la République (1995 – 2002). Ségolène Royal est nommée ministre déléguée à l'enseignement scolaire auprès du ministre de l’éducation nationale Claude Allègre. En 2000 un remaniement a lieu dans le gouvernement. Claude Allègre doit poser sa démission à cause du mécontentement généralisé face à sa réforme concernant l’enseignement dans le secondaire. Jack Lang lui succède au poste de ministre de l’Éducation nationale.

Parallèlement, Claude Allègre maintient tout au long de sa carrière une grande activité éditoriale.

Activités

ministre de 4 juin 1997 à 27 mars 2000
Ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie

responsable d'établissement public de 1992 à 1997
directeur du Bureau de recherches géologiques et minières

élu local de 1992 à 1997
conseiller régional du Languedoc-Roussillon

député de 1989 à 1994
député au parlement européen

membre de cabinet ministériel de 1988 à 1992
conseiller du ministre de l'Education nationale

responsable d'établissement public de 1976 à 1986
directeur de l'Institut de physique du globe de Paris

militant politique de 1973 à 2008
membre du Parti Socialiste

chercheur de 1967 à aujourd'hui
chercheur en géochimie

docteur d'université de 1967 à aujourd'hui
doctorat ès sciences physiques

enseignant de 1967 à aujourd'hui
professeur de chimie, de physiquee, de sciences de la terre

Textes de référence

Sources de la notice

Notice BnF n° FRBNF11888496 : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb118884967

Notice Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_All%C3%A8gre

Liens entre producteurs


Les dates affichées sont celles de la relation entre les producteurs.
Allègre, Claude (1937-....)
  • professeur titulaire de la chaire des sciences de la terre
  • Conseiller spécial auprès de Lionel Jospin, ministre de l'Éducation nationale
  • président du conseil d'administration du BRGM

Ce producteur dans des sites extérieurs

Notice de la bibliothèque nationale de France
31/03/1937 Allègre, Claude (1937-....) : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb118884967
Télécharger la notice
Permalien