Traitement en cours
Producteur d'archives

Bianco, Jean-Louis (1943-....)

Haut de page

Description

Forme autorisée du nom
Bianco, Jean-Louis (1943-....)
Type de producteur
Personne
Identifiant de l'entité
ISNI 0000 0001 0653 6664
Dates d'existence
12 janvier 1943 - aujourd'hui
Histoire

Né le 12 janvier 1943 à Neuilly-sur-Seine, Jean-Louis Bianco est le fils de Louis Bianco, expert comptable d'origine italienne, et de son épouse Gabrielle Vandries. Après une scolarité au lycée Janson de Sailly, dans le 16e arrondissement de Paris, où il se lie d'amitié avec Jacques Attali, il étudie à l'Institut d'études politiques de Paris. Licencié ès sciences économiques et titulaire d'un diplôme d'ingénieur civil des mines, Jean-Louis Bianco rentre à l'ÉNA en 1969 (promotion Thomas More), dont il sort en 1971 pour rejoindre le Conseil d'État en qualité d'auditeur. Il y devient maître des requêtes en 1978, puis conseiller d'État en 1994.

Les premières années de sa carrière de haut fonctionnaire, sous les présidents Pompidou et Giscard d'Estaing, le voient exercer des fonctions diverses : chargé de mission au Groupe central des villes nouvelles en 1973-1974, il dirige ensuite la sous-direction de la Famille, de l'Enfance et de la Vie sociale à la direction de l'Action sociale du ministère de la Santé de 1974 à 1978, avant d'assumer les fonctions de chargé de mission au Syndicat intercommunal de développement Durance-Bléone (1978-1981).

La victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle de mai 1981 marque un tournant dans sa carrière. Le président socialiste l'appelle comme chargé de mission à son cabinet le 2 juin 1981. Un an plus tard, grâce à l'intervention de Jacques Attali, conseiller spécial du Président, c'est le poste occupé par Pierre Bérégovoy à l'Élysée depuis mai 1981, celui de secrétaire général de la présidence de la République, qu'on lui propose. Il l'occupe neuf ans durant, jusqu'en mai 1991. Hubert Védrine lui succède alors. Jean-Louis Bianco détient à ce jour le record de longévité au poste de secrétaire général de l'Élysée. A l'instar de son prédécesseur Pierre Bérégovoy, il entre ensuite au gouvernement en qualité de ministre des Affaires sociales et de l'Intégration (1991-1992), avant de prendre en charge le ministère de l'Équipement, du Logement et des Transports (1992-1993).

Après son départ du gouvernement, Jean-Louis Bianco occupent différents mandats électifs : il est élu conseiller général du canton de Digne-les-Bains (la première fois en 1994), maire de Digne-les-Bains (1995), député des Alpes-de-Haute-Provence (1997, 2002, 2007) et président du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence (1998, 2001, 2004 et 2008). Il renonce à briguer de nouveaux mandats électifs en 2012.

De 1999 à 2002, Jean-Louis Bianco préside l'Institut François Mitterrand ainsi que le Haut Conseil de la coopération internationale (HCCI).

Ségolène Royal, dont il a co-dirigé la campagne en vue de l'élection présidentielle de 2007, l'appelle auprès d'elle en qualité de conseiller spécial en 2014, à son arrivée au ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie. Depuis 2013, il préside l'Observatoire de la laïcité.

Jean-Louis Bianco est l'auteur de plusieurs rapports et ouvrages, dont le dernier en date, paru en 2015, "Mes années avec Mitterrand" retrace ses années passées à la tête du secrétariat général de la présidence de la République.

Il est marié depuis 1971 avec Martine Letoublon.

Activités

membre de cabinet ministériel de 2014 à mai 2017
conseiller spécial au cabinet de S. Royal, ministre de l'Ecologie

député de 1997 à 2012
député des Alpes-de-Haute-Provence

élu local de 1994 à 2012
plusieurs mandats dans les Alpes-de-Haute-Provence

ministre de 1991 à 1993
Ministre des Affaires sociales et de l'Intégration, puis de l'Equipement, du Logement et des Transports

membre du cabinet du président de la République de 2 juin 1981 à mai 1991
chargé de mission au cabinet de F. Mitterrand, puis secrétaire général du cabinet

chef de service d'administration centrale de 1974 à 1978
au ministère de la Santé

Textes de référence
Arrêté du 2 juin 1981 portant nomination à la présidence de la République (JORF du 3 juin 1981, page 1679)
Arrêté du 1er juillet 1982 portant nomination à la présidence de la République (JORF du 2 juillet 1982, page 2087)
Arrêté du 17 mai 1991 portant cessation de fonctions à la présidence de la République (JORF du 18 mai 1991, p. 6790)

Sources de la notice

Who's Who in France, éd. 2017

Notice wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Bianco

Article du 8 avril 2006 dans le journal La Croix : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Bianco-un-politique-de-terrain-_NG_-2006-04-07-589929

Bianco (Jean-Louis), Mes années avec Mitterrand : dans les coulisses de l'Elysée, Paris, éd. Fayard, 2015

Liens entre producteurs


Les dates affichées sont celles de la relation entre les producteurs.
Bianco, Jean-Louis (1943-....)
Successeur
  • H. Védrine succède à J.-L. Bianco au poste de secrétaire général du cabinet de F. Mitterrand, président de la République

Ce producteur dans des sites extérieurs

Notice de la bibliothèque nationale de France
12/01/1943 Bianco, Jean-Louis (1943-....) : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb12207786z
Notice d'autorité BnF
Notice Wikipédia
12/01/1943 Jean-Louis Bianco : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Bianco
Notice Wikipédia

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Télécharger la notice
Permalien