Traitement en cours
Producteur d'archives

Tabouis, Geneviève (1892-1985)

Haut de page

Description

Forme autorisée du nom
Tabouis, Geneviève (1892-1985)
Autres formes du nom
Le Quesne, Geneviève (1892-1985)
Type de producteur
Personne
Identifiant de l'entité
ISNI 0000 0001 1034 4155
Dates d'existence
23 février 1892 - 22 septembre 1985
Histoire

Geneviève Tabouis (née Le Quesne) est l'une des premières femmes journalistes à se faire connaître du grand public en France. Journaliste spécialisée dans les relations internationales, elle travaille d'abord dans la presse écrite puis connaît une grande notoriété après la Seconde Guerre mondiale à la radio, sur les antennes de la RTF puis de Radio Luxembourg. Auteur de treize ouvrages, elle s'illustre également par ses talents d'essayiste.

Issue d'un milieu bourgeois, Geneviève Le Quesne naît à Paris le 23 février 1892. Son père, Fernand Le Quesne, artiste peintre, quitte le foyer familial alors que Geneviève n'est âgée que de 7 ans. Elle est élevée par sa mère, Berthe Le Quesne (née Lafosse), fille d'un industriel fortuné. Elle grandit entourée de son frère cadet, Raymond, sa mère, et la famille de sa tante Eugénie Lafosse, épouse de l'ambassadeur Jules Cambon. Geneviève Tabouis reçoit une éducation soignée au couvent de l'Assomption, rue de Lubeck. Elle suit ensuite les cours de l' École du Louvre où elle se spécialise dans l'Égypte ancienne. Elle y obtient son diplôme à 20 ans, en 1912. Outre cette éducation classique, Geneviève Le Quesne est profondément marquée par les étroites relations qu'elle entretient avec son oncle Jules Cambon et le frère de celui-ci, Paul. Tous deux ambassadeurs, ils forment très tôt la jeune Geneviève à la politique internationale. Elle visite à de nombreuses reprises son oncle à Madrid puis à Berlin où il est en poste jusqu'au déclenchement de la Première Guerre mondiale. En 1919, Jules Cambon engage sa nièce en tant que secrétaire pour l'accompagner tout au long des négociations du traité de Versailles. Pour la jeune femme le pas est franchi et sa passion naissante pour le journalisme prend le dessus sur l'Égypte antique. La fréquentation de Jules et Paul Cambon lui offre très vite un formidable carnet d'adresses qui lui permettra longtemps d'accéder de façon privilégiée aux personnalités politiques majeures de son temps. Son biographe, Denis Maréchal, précise ainsi qu'elle était admise, grâce à l'entremise de Jules Cambon, à la loge élyséenne de la Chambre des députés. Édouard Herriot, qu'elle accompagnera souvent dans ses voyages politiques, est un ami de la famille.

Geneviève Le Quesne épouse Robert Tabouis en 1916. Le couple aura deux enfants, François, né le 5 mars 1917, et Rosine, née le 17 août 1920. A partir de 1922, Geneviève Tabouis devient correspondante de La Petite Gironde puis du Petit Marseillais auprès de la Société des Nations (SDN). Elle y suit les négociations internationales et s'engage dans l'Association internationale des journalistes accrédités auprès de la SDN en tant que vice-présidente. Sa notoriété ne cesse de grandir, ce qui lui permet d'être engagée en 1930 ou 1933 par le quotidien à succès L'Œuvre, pour y tenir des chroniques de politique étrangère. Elle y connaît ses plus grands succès de journaliste de presse écrite. Le 17 décembre 1935, elle dévoile, en même temps que son collègue Pertinax à L'Écho de Paris, les dessous du plan de partage de l'Éthiopie élaboré par Pierre Laval et Samuel Hoare. Ce scoop apporte une grande renommée à leurs auteurs. L'année suivante, Geneviève Tabouis annonce, deux jours avant sa réalisation, la réoccupation allemande de la Rhénanie. De nouveau, en janvier 1937, elle dévoile en avant-première les plans d'Hitler en Espagne. Ses articles font preuve d'une grande lucidité envers le danger que représente le régime nazi. Ils lui valent d'être à plusieurs reprises prise à partie par la presse allemande et par Hitler lui même lors d'un discours qu'il prononce le 1er mai 1939. Le 14 juin 1940, alors que les Allemands entre dans la ville, Geneviève Tabouis fuit Paris en automobile et suit le Gouvernement à Bordeaux. A peine arrivée, on lui fait comprendre que ses prises de position font peser sur elle un grand danger. Menacée d'arrestation au même titre que ses collègues Buré et Pertinax, elle décide de quitter le territoire, suivant ainsi les conseils du Gouvernement. A l'invitation de Londres, elle choisit la Grande-Bretagne. Elle n'y reste cependant que quelques semaines, durant lesquelles elle se brouille avec le général De Gaulle, qui lui reproche son absence de soutien officiel (elle redoute les conséquences que son engagement pourraient avoir sur sa famille restée en France). Elle est également reçue par le Premier ministre britannique Winston Churchill, qui la convainc de rejoindre les États-Unis. Il espère qu'elle pourra y soutenir la cause de l'entrée en guerre de Roosevelt aux côtés des Alliés. Débarquée à New-York à la fin du mois de juillet 1940, Geneviève Tabouis restera en exil aux États-Unis durant 5 ans. Elle y rencontre le président Roosevelt et noue une très forte amitié avec son épouse Eleanor. Durant cette période, Geneviève Tabouis parcoure l'Amérique du Nord en tant que conférencière et tente de porter auprès de la société américaine le message d'une intervention dans la guerre. Elle débute également à New-York sa carrière de journaliste radio sur les antennes de la section française de La Voix de l'Amérique. Mais la grande aventure de la journaliste aux États-Unis est la naissance du journal Pour la victoire, qu'elle crée et dirige de 1942 à 1945 aux côtés de plusieurs de ses compatriotes en exil, notamment l'ancien député et journaliste Henri de Kérillis. Déchue de sa nationalité par le régime de Vichy et brouillée avec les gaullistes, elle ne parvient à rentrer d'exil qu'à l'été 1945.

Sans plus aucun repère dans cette France en reconstruction, elle débute difficilement une nouvelle carrière. De retour en France, Geneviève Tabouis est éditorialiste à L'Aurore et à France libre (1945-1949), à L'Information (1949-1956), dont elle dirige le service de politique étrangère, puis à Paris-Jour (1959-1972). À partir de 1956, elle collabore également à La Dépêche du Midi. Elle écrit beaucoup, écrit pour de nombreux journaux ( L'Espoir, La Revue des Deux mondes ou encore Juvénal), mais de façon plus irrégulière, et ne parvient pas toujours à placer ses papiers. Sa signature n'est plus aussi considérée qu'avant guerre. Petit à petit, elle se lance alors dans le journalisme de radio. Ses chroniques radiophoniques lui valent une notoriété auprès du grand public que le presse écrite ne lui a jamais procurée. Intervenant fréquemment sur les ondes de la RDF (Radio diffusion française), de la RTF puis de l'ORTF, elle connait un très grand succès en tant qu'éditorialiste à Radio Luxembourg puis RTL. Elle y présente des chroniques de politique étrangère à succès, les « Dernières nouvelles de demain » (1949-1967), les « Nouvelles exclusives » (1964-1966) et « l'Inédit du dimanche » (1967-1981). Geneviève Tabouis a publié des ouvrages historiques tels que Le Pharaon Tout Ank Amon, sa vie et son temps (1928), Nabuchodonosor et le triomphe de Babylone (1931), Salomon (1934), Albion perfide ou loyale (1938), Jules Cambon par l'un des siens (1938), Quand Paris résiste, de Jules César à Bismarck (1951) et Sybaris, les Grecs en Italie (1958), des mémoires ( Ils l'ont appelée Cassandre (1942)), ou des essais politiques comme Chantage à la guerre (1936), Grandeurs et servitudes américaines (1945), Vingt ans de suspense diplomatique (1958), Les Princes de la paix (1980).

Âgée de 93 ans, Geneviève Tabouis meurt à Paris le 22 septembre 1985.

Robert Tabouis est un industriel français né à Paris le 22 avril 1889. Fils de Charles Tabouis, avocat parisien, il fait des études de droit aux Facultés des lettres et de droit de Paris. Mobilisé en 1915, il est d'abord chef du service du courrier au sous-secrétariat de l'aéronautique militaire, avant de devenir ensuite sergent-major à la 3e compagnie d'aviation jusqu'en 1919. Il épouse Geneviève La Quesne le 15 février 1916. Robert Tabouis débute sa vie professionnelle en tant que secrétaire général dans une société appartenant aux établissements Bréguet. Dès 1921, il entame une brillante carrière dans le domaine naissant de la radiodiffusion privée. Il entre, grâce au réseau de l'ambassadeur Jules Cambon, oncle de son épouse, à la Compagnie Radio-France, créée l'année précédente par l'ingénieur Émile Girardeau. Il devient rapidement vice-président de Radio-France, poste qu'il occupe jusqu'en 1960. Il devient parallèlement secrétaire-trésorier du Syndicat professionnel des industries radio-électriques (1923-1938) et directeur général de la Compagnie française de radiophonie (Radio-Paris) (1929-1933). De 1932 à 1938, il dirige la Société pour la diffusion des arts, chargée de l'organisation du salon de la TSF. De 1946 à 1960, suivant une nouvelle fois Émile Girardeau, il devient secrétaire général puis directeur de la Compagnie générale de télégraphie sans fil. De 1953 à 1963, il est administrateur à Radio Luxembourg et vice-président directeur général de Radio-Orient. Robert Tabouis décède à Paris le 3 décembre 1973.

Lieux

Londres (Royaume-Uni)
Etats-Unis

Ecole du Louvre
Paris (France)

Activités

journaliste

écrivain

Sources de la notice

Archives nationales, fonds Geneviève Tabouis : 27 AR.

Notice BnF : FRBNF11925893

Notice Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Geneviève_Tabouis

Maréchal (Denis), Geneviève Tabouis. Les Dernières nouvelles de demain (1892-1985) , Paris, Éditions Nouveau monde, 2003.

Informations extraites de l'introduction de l'instrument de recherche, Weiss (V.) et Guilpin (Th.), Pierrefitte-sur-Seine, 2010.

Liens entre producteurs


Les dates affichées sont celles de la relation entre les producteurs.
Tabouis, Geneviève (1892-1985)

Ce producteur dans des sites extérieurs

Notice Wikipédia
23/02/1892 - 22/09/1985 Geneviève Tabouis : https://fr.wikipedia.org/wiki/Geneviève_Tabouis
Notice wikipédia
Notice de la bibliothèque nationale de France
23/02/1892 - 22/09/1985 Tabouis, Geneviève (1892-1985) : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb11925893h
Notice d'autorité BnF

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Télécharger la notice
Permalien